Granby

La ville de Granby.

Pour tous les citoyens de Granby ainsi qu'aux gens qui s'intéressent à l'histoire il est important de savoir ou l'on vient si on veut savoir ou on va!
C'est pourquoi que cet article vous est offert afin que vous puissiez visualiser ce qu'est devenue la ville de Granby de par ses administrations, ses règlements et ses activités depuis 1803.
 
C’est au début des années 1790 que le nom de Granby est inscrit dans les documents pour identifier le territoire qui allait officiellement devenir le canton du même nom le 8 janvier 1803.
Fondée en 1803 la ville de Granby a maintenant 211 ans.
(9 janvier 1803) Proclamation du canton de Granby qui est concédé au colonel Henry Caldwell et à 99 soldats et officiers de milice qui ont défendu la ville de Québec lors du blocus naval par les forces d'invasion américaines en 1775 et 1776.
Vers 1808
Arrivée des premiers colons, les frères Jonathan, Richard et Joseph Frost venus de Marlborough, New Hampshire (États-Unis).
1829 Construction du premier moulin à farine permanent par John Horner jr sur le bord de la rivière Yamaska.
1830
Mise en exploitation d'une tannerie artisanale par Harlow Miner cette tannerie se spécialise dans la fabrication de semelles de chaussures.
1843
Établissement de l'église protestante St. George.
1844
Fondation de la mission Notre-Dame.
1855
(1er juillet 1855) Constitution de la municipalité du canton de Granby.
1859
Nomination du premier curé résidant, ouverture des registres de la paroisse Notre-Dame.
Le chemin de fer de la Stanstead, Shefford and Chambly Railroad arrive à Granby.
(1er juillet 1859) Constitution de la municipalité du village de Granby par détachement de celle du canton de Granby.
(3 décembre 1859) Érection canonique de la paroisse Notre-Dame ; son territoire comprend une partie du canton de Granby.
1870
Mise en exploitation d'une voiturerie par William et Harlow Minor, 2 des fils de Harlow Miner.
1871
Inauguration de la première église Notre-Dame.
1875
(6 février) Érection canonique de la paroisse Saint-Alphonse ; son territoire couvre une partie du canton de Granby.
1879
Arrivée des Soeurs de la Présentation-de-Marie p.m.*.
Fondation de l'École de la Présentation-de-Marie par les Soeurs de la Présentation-de-Marie p.m.* (cette institution était privée secondaire, pour filles en 2005).
1883
Fondation de la Granby Rubber par S.H.C. Miner, l'un des fils de Harlow Miner.
1886
Mise en exploitation de la manufacture Payne Cigars.
1889
Éclairage des rues de la ville.
1890
Prise en charge du collège commercial par les Frères maristes.
1895
Mise en exploitation de la compagnie Empire Tobacco.
1899
Ouverture d'une succursale de la Banque d'Ottawa.
1906
Inauguration de la seconde église Notre-Dame. S.H.C.
Miner vend sa compagnie à la Canadian Consolidated Rubber Company.
1908
La compagnie Imperial Tobacco of Canada achète usine de fabrique de tabac de la compagnie Empire Tobacco.
1910
Fondation de la Granby Elastic Web par Ernest Boivin, le père de Horace Boivin.
1911
La compagnie canadienne Miner Rubber fondée par S.H.C. Miner ouvre une usine de fabrication de caoutchouc.
(4 janvier 1911) Incendie du collège commercial. Éphrem Racine acquiert la boulangerie Loiselle.
1912
Inauguration d'un nouveau collège commercial dirigé par les Frères du Sacré-Coeur-fsc.
Ouverture d'une succursale de la Bank of Montreal-BM.
1914
Fondation de la Crèmerie de Granby par Joseph-Hermas Leclerc ; cette entreprise prendra le nom de Laiterie de Granby en 1922.
1916
(22 décembre 1916) Le village de Granby devient cité.
1921
La compagnie canadienne Nordic Hosiery ouvre une usine de textile.
1923
La population de la paroisse Saint-Alphonse est de 500 âmes.
1930
Érection canonique et construction de l'église de la paroisse Sainte-Famille.
La compagnie canadienne Esmond Mills Limited ouvre une usine de textile.
Édouard et Olivar Hains fondent la Revue de Granby.
La population de la cité de Granby est de 10 600 habitants.
1931
Ouverture du patronage par les Soeurs de l'Immaculée-Conception.
La compagnie américaine Burlington Industries ouvre une usine de textile.
1932
Établissement de la communauté des Frères du Sacré-Coeur-fsc fondée à Arthabaska (Victoriaville) en 1872.
Fondation du Collège Mont-Sacré-Coeur-fsc de Granby (cette institution était privée secondaire, pour filles et garçons en 2010).
1934
Restauration de l'église Notre-Dame.
1935
(29 juin 1935) Parution du premier numéro de La Voix de l'Est.
1938
Fondation de la Société coopérative agricole du canton de Granby par 86 producteurs laitiers des paroisses de Granby, Saint-Alphonse, Sainte-Cécile-de-Milton et Roxton-Pond.
1940
La compagnie canadienne Montrose Worsted ouvre une usine de textile.
(10 mars 1940) Fondation de la Caisse populaire de Granby.
1941
Érection canonique de la paroisse Saint-Eugène.
1942
Bénédiction de l'église Saint-Eugène.
1944
Ouverture de l'Hôpital Saint-Joseph par les Soeurs grises de Saint-Hyacinthe. L'Hôpital St-Joseph gérer par des religieuses avec une main de fer accueillaient des patientes et patients de partout en région.
1946
Création du Zoo de Granby par le maire de l'époque Horace Boivin qui voyait dans sa ville la possibilité de se démarquer des autres villes du Québec et avec la vision qu'un jour le Zoo de Granby serait une réelle attraction touristique.
1947
Construction du Cinéma Palace.
1948
Érection canonique des paroisses de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie, Saint-Benoît et Saint-Joseph.
1949
Inauguration de l'église de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie. Ouverture de l'Externat classique affilié au Séminaire de Saint-Hyacinthe. Prise en charge de l'Hôpital Saint-Joseph par les Soeurs Auxiliaires des Âmes du Purgatoire. (21 mai) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Eugène.
1950
Inauguration de l'église Saint-Benoît et de l'église Saint-Joseph. Fondation de l'École secondaire du Verbe Divin (cette institution était secondaire pour filles et garçons
1952
La compagnie britannique Radio Engineering ouvre une usine d'équipements électroniques.
1953
Fondation de la Société zoologique de Granby qui prend charge du zoo de Granby.
1955
Inauguration des installations du Jardin zoologique de Granby par le gouverneur général du Canada, Vincent Massey.
Érection canonique de la paroisse Immaculée-*Conception-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie.
1957
Érection canonique de la paroisse Très-Sainte-Trinité.
1960
Érection canonique de la paroisse Saint-Luc.
1964
Ouverture de l'autoroute des Cantons-de-l'Est .
1968
Jacques About, un Montréalais d'origine française travaillant chez Renault Canada, conçoit une automobile à 2 places dont la carosserie en fibres de verre est montée sur plateforme et mue par un moteur Renault ; avec l'appui financier de Bombardier Inc., des Épiciers Steinberg et des gouvernements du Québec et du Canada, il fonde la compagnie Automobile Manic pour la fabriquer dans une usine qu'il achète à Granby.
1969
Fermeture de la fabrique de tabac de la compagnie Imperial Tobacco.
1971
La cité de Granby devient ville. La population de Granby est de 34 400 habitants.
(Mai 1971) Après avoir construit 170 automobile de marque Manic, la compagnie Automobile Manic ferme ses portes à la suite de problèmes reliés à l'approvisionnement en pièces de la compagnie Renault de France.
1972
Jean-Marie Latendresse fonde la compagnie Ezeflow spécialisée dans la fabrication de raccords de tuyauterie de fortes épaisseurs, de grandes dimensions en carbone, en acier ou en alliages spéciaux utilisés dans les industries de la pétrochimie, de l'énergie nucléaire, de la récupération des sables bitumineux et dans le transport par pipeline du gaz et du pétrole.
1974
La compagnie Imperial Tobacco ferme son usine de transformation du tabac.
1979
La Coopérative agricole du canton de Granby devient la compagnie Agropur.
1980
Fondation du Cégep de Granby-Haute-Yamaska.
1981
Fermeture du Cinéma Palace.
1982
Fermeture de l'usine de la Granby Rubber fondée en 1909 par S.H.C. Miner.
1990
La population de Granby (ville) est de 38 508 habitants, celle de Granby (canton), 8 145.
1992
Rénovation et réouverture du Cinéma Palace.
2000
La population de Granby (ville) est de 45 223 habitants, celle de Granby (canton), 11 842.
2005
(6 mai 2005) Le transformateur de porcs Olymel (Coopérative fédérée, Groupe Brochu et SGF-Soquia) annonce qu'il fermera ses usines de Laval, Magog et Granby éliminant ainsi 366 emplois, alors qu'il investira 16 millions $ dans ses usines de Saint-Henri-de-Lévis, Trois-Rivières et Anjou créant ainsi 171 emplois pour une perte nette de 195 emplois au Québec.
2006
(24 mai 2006) Les employés de la compagnie UAP (United-Auto Parts) appartenant à la compagnie américaine Genuine Parts Co. déclarent la grève.
2007
(1er janvier 2007) Regroupement des municipalités de Granby (canton) et de Granby (ville) ; la population de la nouvelle ville de Granby est de 58 390 habitants.
(9 mars 2007) La compagnie Genuine Parts Co. propriétaire de la compagnie UAP (United Auto Parts) annonce la fermeture de son usine d'assemblage d'alternateurs de démarreurs et freins.
2010
La population de Granby est de 61 204 habitants.
2012
La ville acquiert l'église Notre-Dame.
2013
(30 octobre 2013) Incendie de l'usine de la compagnie Aldex.
(19 décembre 2013) La compagnie Prinorth de Granby obtient un contrat de 20 millions $ pour la fourniture de 62 dameuses à neige dont 31 ont été concues à Granby et les autres 31 dans les installations de l'entreprise à Vipiteno, Italie pour les pistes olympiques du centre alpin Rosa-Khutor ; la compagnie espère fournir de tels équipements pour les Jeux olympiques de Sochi, Russie en 2014.
2014
(Février 2014) La compagnie Prinoth de Granby a fabriqué 31 des 62 dameuses à neige utilisées pour les Jeux olympiques de Sotchi, Russie.
Le conseil de ville étudie la possibilité de transformer l'église Notre-Dame en bibliothèque municipale d'ou des attentes de subventions sont manifestées par le maire de Granby Pascal Bonin mettant sa patience à rude épreuve.
(8 octobre 2014) , Pascal Bonin le maire de Granby, Sylvain Lambert, le directeur général du Cégep de Granby, et François Bonnardel, député de Granby à l'Assemblée nationale du Québec-ALQ s'associent pour faire la promotion de la transformation du sous-sol de l'église Notre-Dame en institut technologique du Cégep de Granby ; d'autres personnes font la promotion de transformer la nef de l'église en salle de spectacles. (La Voix de l'Est, 8 octobre 2014).
2015
La population de Granby est de 66 535 habitants.

Les maires depuis 1859 qui ont menés la ville de Granby à ce jour:

Les rues de la ville de Granby sont nommés en l'honneur des personnes d'influences qui ont bâtis Granby.
Boivin
Pierre-Ernest Boivin
© Pierre-Ernest Boivin, 1872-1938. (Fonds Rolland Gagné, Société d’histoire de la Haute-Yamaska)
Le 3 septembre 1895, Robert Nicol, marchand et propriétaire foncier à Granby, demande l’autorisation d’ouvrir une rue à travers ses terres. Vraisemblablement, la rue Nicol ne sera aménagée qu’en 1908. Son nom change pour celui de Boivin en 1939, en l’honneur de Pierre-Ernest Boivin, maire de Granby de 1917 à 1932, député libéral au fédéral de décembre 1926 à mai 1930.
Brébeuf
Ayant pour but de maximiser le développement domiciliaire de ce secteur, les autorités municipales décident, en 1935, de prolonger le lien qui relie les rues Notre-Dame et Racine jusqu’à la rue Principale. Un nouveau toponyme apparaît à ce moment-là aux registres. Jean de Brébeuf fut un des trois missionnaires jésuites martyrisés par les Iroquois en 1649.
Cairns
Officiellement homologuée le 7 juin 1897, la rue prend immédiatement le nom de Cairns. George Cairns, né en Écosse en 1807, est décédé à Granby en 1851. La rue s’appelait auparavant Vittie Lane, du nom de George Vittie (1836-1911), ancien conseiller municipal et propriétaire de nombreux terrains sur la rue Denison Est.
Cartier
En 1939, la municipalité change le toponyme de cette rue, d’abord nommée Boivin lors de son inauguration en 1930, pour honorer un des Pères de la Confédération. Avocat de formation, Georges-Étienne Cartier fut élu député de Verchères à l’Assemblée législative du Canada-Uni de 1848 à 1863. Fervent partisan de l’idée de fédérer les provinces de Québec, d’Ontario et celles des maritimes, il participa aux conférences devant mener à la formation du Canada. Il décède le 20 mai 1873.
Centre
Le 6 août 1896, le conseil municipal accepte le rapport du secrétaire-trésorier, James A. Tomkins, confirmant l’ouverture de la rue Centre (Central Street).
Church
C’est en 1929 qu’on ouvre la rue Church pour permettre le développement de la propriété de l’Église méthodiste (Methodist Church). Les premières adresses civiques sont inscrites au rôle d’évaluation en 1938.
City
Dans le plan qu’il dessine en 1880, l’arpenteur Michaël Mitchell signale la présence de la rue City entre Elgin et trois lots enclavés appartenant à la succession de Patrick Hackett. Malgré tout, les documents officiels ne feront pas mention de sa présence avant 1887. Il faut attendre ensuite jusqu’en 1895 pour qu’elle rejoigne la rue Principale.
Court
Le nom Court Street a d’abord été donné à un petit bout de rue longeant l’édifice appartenant à l’huissier William West. C’est dans une salle du deuxième étage que se tenaient les audiences de la cour des Commissaires. C’est aussi au même endroit qu’a siégé le conseil municipal du village entre 1859 et 1864.
Cowie
Ce chemin, d’abord connu sous le nom de Canaan Road, prend le nom de rue Albert en 1869, en l’honneur du Prince Albert de Saxe, époux de la reine Victoria d’Angleterre. En 1895, John G. Cowie, maire de Granby de 1866 à 1871, cède des parties de terrain pour son élargissement et c’est alors que cette voie devient la rue Cowie.
Denison Est
D’abord appelé Tannery Road, ce bout de chemin qui reliait la rue Mountain à la tannerie qu’a construite Harlow Miner  en 1830 prend le nom de Water Street vers 1896. Comme pour la partie ouest, on lui attribuera le nom de Denison en 1911.
Denison Ouest
À la fondation de Granby en 1825, cette voie qui longe la rivière Yamaska est connue sous le nom de « chemin vers Farnham ». Peu après l’incorporation du village, en 1859, on lui donne le nom de Water Street et en 1911, en l’honneur de Clara Denison, épouse de feu S.H.C. Miner, elle prend le nom de Denison.
Drummond
Cette rue a été nommée en mémoire de l’administrateur et commandant Gordon Drummond, le premier officier né au Canada à cumuler des fonctions civiles et militaires, d’abord dans le Haut-Canada, ensuite au Québec. Il décède en Angleterre en 1854.
Dufferin
Au mois d’octobre 1845, le conseil de la municipalité du canton de Granby autorise l’ouverture d’un chemin partant du Main Stage Road (la rue Principale), passant entre l’église congrégationaliste et l’école, sur une distance de 56 rods (281 mètres) puis, le 14 juin 1853, la décision est prise de le prolonger vers le canton de Roxton. À cause de la présence du marché public sur le trajet, on lui donne d’abord le nom de Market Street. Au mois d’août 1878, la rue prend le toponyme actuel pour commémorer la visite à Granby du gouverneur général, Lord Dufferin.
Elgin
De la fondation du village, en 1825, à l’ouverture de la rue Dufferin, en 1853, les documents nous indiquent que la rue Elgin, qui portait alors le nom de North Street, est l’unique chemin vers le canton de Roxton. Le toponyme Elgin apparaît pour la première fois dans les documents officiels le 4 décembre 1871. Le conseil municipal de l’époque a voulu commémorer la nomination de Lord Elgin au Canada, à titre de gouverneur, de 1846 à 1854.
Elisabeth
Située à l’extrémité nord du parc Victoria, la rue Elizabeth a été nommée en 1939, pour souligner le passage du couple royal d’Angleterre, le roi George VI et son épouse, Elisabeth, dans les Canton de l’Est au mois de juin de cette même année.
Empire
Cette rue qui longe l’ancienne propriété de l’Empire Tobacco a été tracée en même temps que la rue Johnson, en 1893, pour servir de lien entre cette dernière et la rue Saint-Joseph. Toutefois, ce n’est qu’en 1911 qu’elle sera officiellement nommée au nom de l’entreprise qui est venu s’installer à Granby en 1896.
Fairfield
Le nom témoigne de la présence du terrain (field) d’exposition (fair) aménagé au début des années 1900 sur le site actuel de l’école secondaire Haute-ville. Ce terrain accueillait les compétitions de cyclisme, des courses de chevaux, les foires agricoles et les parties de baseball.
Gare, de la
Le 3 juin 1861, le conseil municipal accepte de prendre en charge une section de rue aménagée par James Irwin et d’autres propriétaires entre la rue Drummond et le pont alors en construction. Ce n’est qu’à partir du 5 décembre 1870 qu’elle prendra le nom de Irwin’s Bridge Street.En 1967,elle est renommée Church dans le but d’harmoniser le toponyme avec la partie qui mène à la rue Alexandra. C’est pour rappeler la présence des gares du Stanstead, Shefford and Chambly Railway  et du Canadien National qu’elle porte aujourd’hui le nom de la Gare.
Gill
Curé de Notre-Dame de Granby, Marcel Gill
© Marcel Gill, curé de Notre-Dame de Granby. (Fonds Fabrique Notre-Dame, SHHY)
Cette rue est d’abord nommée Denault en 1905, du nom du voiturier Ligorie Denault, puis la ville de Granby opte pour Gill en 1911 afin d’honorer le curé de la paroisse Notre-Dame, Marcel Louis Télesphore Gill. Le curé Gill est né le 8 février 1850 à Pierreville, comté de Yamaska, et ordonné prêtre en 1875. Curé de la paroisse Notre-Dame de 1887 à 1916, c’est lui qui fait construire l’église actuelle entre 1899 et 1906. Il décède en 1920.
Johnson
En 1831, le révérend Thomas Johnson devient le premier missionnaire anglican à Granby. Dans les années qui suivent son arrivée, il dote la mission d’un lot de 10 acres, situé entre la rue Principale et la rue Cowie. La poussée industrielle de la fin du XIXe siècle entraîne le morcellement de la propriété de la paroisse anglicane à partir de 1893, ce qui entraînera l’ouverture de la rue Johnson en 1895-1896.
Laurier
C’est en 1935 que la Ville de Granby décide d’honorer la mémoire de l’ancien premier ministre du Canada, Wilfrid Laurier. Né le 20 novembre 1841 et décédé le 17 février 1919, il est le premier Canadien-français à occuper ce poste de 1896 à 1911.
Laval, Nord et Sud
La section entre les rues Principale et Boivin est apparue dans la cartographie municipale en 1926 sous le nom de Dauray. Lors de la grande révision toponymique de 1932-1933, elle prit le nom de Dollard pour rappeler l’exploit de Adam Dollard-des-Ormeaux au Long Sault puis celui de Laval Nord en 1995. Quant à la section au sud de la rue Principale, elle fut aménagée en 1933 à partir du chemin donnant accès au terrain de l’hippodrome. Son nom lui vient de Mgr François de Montmorency Laval, premier évêque de la Nouvelle-France et fondateur du séminaire de Québec.
Leclerc, boulevard
Joseph Hermas Leclerc,
© Joseph-Hermas Leclerc (Fonds Mont-Sacré-Coeur, SHHY)
En 1944, alors que les promoteurs Avery et Robert sont à développer la partie nord de la ville et que débute la construction de l’hôpital, la municipalité procède à l’ouverture d’un boulevard entre les rues Dufferin et Déragon. Ce premier tronçon, d’abord baptisé Jacques-Cartier, se verra attribuer le toponyme actuel en 1947 en l’honneur de Joseph-Hermas Leclerc qui fut président de la commission scolaire (1923-1934), maire de Granby (1933-1937) et député de Shefford à Ottawa (1935-1945). C’est en 1952 que le boulevard sera prolongé vers l’Ouest jusqu’à la rue Principale.
Long
James D. Long, né aux États-Unis en 1842, immigre au Canada en 1866 et s’installe à Granby en 1884. Il amorce alors une série de transactions immobilières et de constructions qui en feront un entrepreneur prospère en peu de temps. Il décède le 20 janvier 1910. La rue a été nommée en son nom en 1917-1918.
Lorne
Bien que son existence soit mentionnée dès 1912, les premières adresses civiques de la rue Lorne n’apparaissent au cadastre qu’en 1932. Le nom de Lorne vient du Duc d’Argyll, Marquis de Lorne, gouverneur du Canada de 1873 à 1883, époux de la princesse Louise, fille de la reine Victoria.
Lyman
À la fin du XIXe siècle, un premier tracé, Long’s Lane, mène à la propriété de James Long sur laquelle on aménage le terrain de golf, en 1917 pour devenir ensuite Golf Street avec la construction d’une première résidence, en 1935. C’est en 1944 qu’elle emprunt son nom à Horace Lyman pour honorer la mémoire du premier marchand installé sur le territoire du village de Granby, en 1826 et maître de poste du 6 avril 1833 au 27 mars 1877.
Montcalm, boulevard
Boulevard Montcalm, Granby
Boulevard Montcalm, en 1950. (Collection SHHY)
Cette artère,  qui date de 1926, portait à ses débuts le nom de Robert en l’honneur d’un homme d’affaires de Granby. En 1932, le conseil municipal lui attribue le nom du général français mort lors de la bataille des plaines d’Abraham, le marquis Louis-Joseph de Montcalm.
Mountain
La rue Mountain était connue au début du 19e siècle sous les noms de King’s ou Queen’s Highway, selon l’époque, et constituait l’unique lien permettant de communiquer avec l’est des cantons, du village de Waterloo jusqu’au lac Memphrémagog. Ce tronçon de l’Outlet Road situé dans le villagea vu son nom officialisé par le conseil municipal de Granby le 7 juin 1869. Le toponyme a été choisi en l’honneur de George J. Mountain, évêque anglican de Québec, de 1837 à 1863, année de son décès, et fondateur de l’université Bishop à Lennoxville.
Notre-Dame
Ouverte en 1905, la rue a d’abord porté le nom de Robitaille (Adélard), propriétaire résident à l’angle de la rue Saint-Charles. Le présent toponyme, rappelant celui de la paroisse, lui a été attribué en 1911.
Ottawa
L’autorisation de construire une rue entre Market Street et North Street (Elgin) est accordée à Franklin Wood par le conseil municipal le 1er octobre 1860. On choisit de lui donner le nom de la nouvelle capitale du Canada-Uni. Depuis 1857, la petite ville de Bytown porte le nom d’Ottawa.
Parc,  avenue du
Au mois de mai 1878, le conseil municipal accède à la demande de Franklin Wood d’autoriser le prolongement de Forest Street en direction ouest, au-delà de la rue Court. L’artère complétée changera de nom pour celui de Franklin pour finalement devenir l’avenue du Parcen 1940. La section entre les rues Dufferin et Court apparaît sur la première carte officielle du village dessinée en 1858 par l’arpenteur Mitchell.
Paré
Louis Paré
Louis Paré ( Écho de Granby, 1909)
Louis Paré arrive à Granby vers 1870 et ouvre une sellerie en face de l’église Notre-Dame. Marguillier de 1873 à 1876, il est également juge de paix pendant une quarantaine d’années et un des membres fondateurs de la Société Saint-Jean-Baptiste de Granby, en 1884. C’est en 1885 qu’il fonde, avec son fils Hector, la compagnie de téléphone Paré et Paré, vendue à la compagnie Bell Telephone en 1899. Connue d’abord sous le nom de Paré Lane , c’est en 1902 que la section située entre les rues Principale et Boivin devient officiellement une rue. L’autre partie, celle qui se poursuit vers le Nord, inaugurée en 1930, a porté le nom de Lamoureux en référence à Romuald Lamoureux, curé de la paroisse Notre-Dame de 1916 à 1926.
Phoenix
Phoenix Phélizza SHHY
Phelizza Phoenix, accompagé des membres de sa famille, en 1914. (Collection Marie Phoenix Crevier)
Cette rue apparaît pour la première fois dans les registres municipaux en 1920. Le toponyme vient du nom du commerçant Philiza Phoenix, propriétaire, avec son associé Auguste Girard, des lots situés près de la rue Principale. Phoenix et Girard exploitaient un commerce au coin des rues Principale et Saint-Jacques.
Principale
Bien avant que le village de Granby ne devienne une municipalité, en 1859, la rue Principale faisait partie du tracé du premier chemin reliant la région de Magog à celle de Montréal construit entre 1817 et 1819, l’Outlet Road. Au fil des ans, les cartographes et les arpenteurs lui attribueront différents noms tels que Main Stage Road ( chemin de la diligence ), Queen’s Highway (chemin de la Reine ) et Road to Montreal Market ( chemin vers le marché de Montréal ). Ce fut l’arpenteur Michael Mitchell qui, le premier, utilisera le nom de Main Street, pour identifier cette rue sur la carte qu’il traça en 1858. On référera à ce toponyme jusqu’aux années 1932 – 1933 alors que les autorités municipales procéderont à la francisation du nom de plusieurs rues sur le territoire de Granby.
Racine
Inaugurée en 1926, la rue Ménard se dirigeait vers l’est puis, à la hauteur de la rue Brébeuf, tournait en direction sud pour rejoindre la rue Notre-Dame. Six ans plus tard, dans le cadre de la révision toponymique, les autorités municipales hésitent entre les noms de Racine et Jacquard, ce dernier devant souligner la présence de l’usine de textile Carl-Stohne située au coin de la rue Saint-Charles. Finalement, une décision est prise, sans qu’on sache vraiment pourquoi, c’est le nom de Racine qui est affiché depuis 1934.
Robinson
William H. Robinson (Eastern Townships Bank 1859-1912, Sherbrooke, 1912, p. 276)
D’abord situé dans le Canton de Granby, le chemin Robinson (Robinson Road) deviendra une rue du village à partir de 1925. Son nom lui vient de William H. Robinson, natif de Waterloo en 1848. Il fera carrière dans le milieu bancaire en tant que gérant de la succursale de la Banque des Cantons de l’Est à Granby de 1879 à 1910. Parallèlement, il s’associe avec l’industriel S.H.C. Miner dans l’exploitation de mines de cuivre en Colombie-Britannique et occupe des postes de direction dans plusieurs compagnies de chemins de fer et au sein de la Canadian Consolidated Rubber. Avec Stephen Miner, il était propriétaire des terres bordant le chemin Robinson.
Saint-Antoine Nord
Au mois d’octobre 1895, Édouard Guertin fait une demande pour l’ouverture d’une rue que l’on nomme St. Peters. Au cours des années 1920, les registres de la municipalité l’identifient sous deux toponymes : Saint-Antoine et Saint-Pierre. C’est en 1932 qu’elle prend son nom actuel.
Saint-Antoine Sud
Le 2 juin 1899, le conseil municipal accorde la permission à la fabrique Notre-Dame d’aménager une rue sur le lot no 463, de la rue Principale à la rue Saint-Jacques (St. James). L’autre section, construite en 1895-1896 par James Horner entre Saint-Jacques et Cowie, s’appelait alors Huntingdon.
Saint-Charles Nord
Le 7 juin 1869, le chemin tracé du côté nord de la rue Principale, face à la rue St. Charles, est nommé St. John. On utilisera aussi, de manière non officielle,  le nom de Saint-Jean. À partir de 1933, dans le but d’harmoniser les toponymes, la municipalité la renomme Saint-Charles Nord.
Saint-Charles Sud
L’aubergiste Pierre Mayotte (Peter Myott) demande l’ouverture d’une rue ou d’un chemin le 7 octobre 1861. Longeant la propriété du demandeur à partir de la rue Principale, en direction sud jusqu’au chemin Canaan (Cowie), la rue est officiellement nommée St. Charles le 7 juin 1869.
Saint-Georges
La rue Saint-Georges apparaît dans le réseau routier du village en même temps qu’on ouvre la rue Johnson en 1895-1896.En cette fin de 19e siècle, la demande est forte pour la construction de logement résidentiel dans le secteur bordant les futures installations de l’Empire Tobacco.
Saint-Hubert
Cette rue a été tracée sur un des lots appartenant au marchand Joseph Hubert en 1908. Depuis 1912, on utilise le toponyme de Saint-Hubert dans la cartographie locale bien que des documents de la commission scolaire, datant de 1930, fassent mention de la rue Hubert.
Saint-Jacques
En 1876, James Horner entreprend le lotissement d’une partie de sa grande propriété, de chaque côté de la nouvelle rue St. James. Dans la foulée de la francisation des toponymes en 1933, le nom changera pour celui de Saint-Jacques.
Saint-Jean
Le premier juin 1931, le conseil municipal accorde un permis aux entrepreneurs Racine et Leroux pour « la construction de dix maisons dans une nouvelle rue dans le quartier Ouest ».
Celle-ci, située entre les rues Saint-Antoine Nord et Saint-Charles, est nommée Sherbrooke Ouest parce qu’on projetait de la joindre à son homonyme situé plus à l’est, entre les rues Dufferin et Court. Devant l’impossibilité de concrétiser le projet et afin d’éviter toute confusion, le nom fut changé en 1939 pour celui de Saint-Jean.
Saint-Joseph
Le 5 décembre 1870, le conseil municipal se rend au désir des administrateurs de l’école catholique d’aménager une voie de communication entre les rues Principale et Albert (Cowie). L’année suivante, la nouvelle école francophone est construite en bordure de la rue Saint-Joseph.
Sherbrooke
C’est à partir de 1932 que la rue Sherbrooke est inscrite au cadastre de Granby. Elle est ainsi nommée en l’honneur de sir John Coape Sherbrooke, gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique de 1816 à 1818.
Victoria
Le 1er décembre 1845, c’est le conseil municipal du canton de Granby qui autorise l’ouverture d’un chemin reliant les rues Market (Dufferin) et Court. Le tracé qui longe la propriété congrégationaliste et le premier cimetière du village restera sans désignation jusqu’au 7 juin 1869 alors qu’on lui attribuera son toponyme en l’honneur de la reine Victoria d’Angleterre.
Young
Cette rue, dont le parcours est décrit comme suit dans les procès-verbaux de la municipalité :[…] from Main Street to Ottawa Street past Temperance Hall […], a été nommée le 7 juin 1869.
Granby est connu pour ses activités:
 
La prospérité de la ville de Granbypour les années à venir:
Selon l'Union des citoyens de Granby la ville de Granby devra changer de cap si elle veut garder ses citoyens et entreprises déjà place et en attirer de nouveaux résidants et industries.
Si nous nous rappelons la gestion du maire Horace Boivin qui menait la ville avec une main de fer, gestionnaire qui ne comptait pa ses heures et tenait à être aux faits de tout ce qui se passait dans sa ville. M.Horace Boivin travaillait conjointement directement à l'hôtel de ville avec son commissaire industriel afin de mettre en place des façons de faire pour y attirer des industries et développer des terrains pour y faire grandir sa ville en accueillant des familles. La ville de Granby était en pleine expansion avait le vent dans les voiles et était gérer comme son budget familial soit couper ou il faut et acquérir pour développer.
M.Horace Boivin a été le seul maire en poste 30 années consécutives, jamais personne n'a pû par la suite ètre au poste de maire plus de 12 années consécutives. M.Horace Boivin a mis la ville de Granby sur la 'map' attirant des industries de partout il à bâti le Zoo de Granby avec des partenariats privés et en a fait la promotion partout dans le monde lors de ses nombreux voyages. M.Horace Boivin doit se retourner dans sa tombe lorsqu'il voit ce que sa ville est devenue!
Par la suite des maires ce sont succédés et plusieurs citoyens de Granby ne ce sont pas intéressés à la politique municipale jusqu'aux dernières élections municipales qui ont eu lieu en 2013 d'ou les citoyens en avaient assez d'une gérance autoritaire et sans facilités de la part du maire et des dirigeants. Des lois et règlements qui briment la qualité de vie des citoyennes et des citoyens de la villes de Granby. Des règlements ont été adoptés sans que les citoyens soient aux faits de ce qui se passait réellement à la ville de Granby. Cependant durant la dernière année du maire de l'époque M.Richard Goulet un conseiller se démarquait des autres il arrivait qu'il soit surnommé ''le mouton noir'' car c'était le seul conseiller qui votait contre des règlements que les autres conseillers acceptaient, le conseiller Pascal Bonin prenait du temps pour expliquer aux citoyens ce qui venait de se passer en adoptant un tel ou tel règlement.
Le conseiller Pascal Bonin était remarqué par son dynamiste et sa persévérance à défendre les citoyennes et citoyens de Granby. Lorsqu'est venu l'élection municipale en 2013 M.Pascal Bonin s'est alors présenté pour le remplacement du maire n'ayant que l'expérience de conseiller il s'est lancé il a travailler fort et s'est fait connaitre en faisant du porte à porte et s'est payé une campagne publicitaire mobile qui affichait sa candidature partout dans les rues de la ville de Granby.
Le conseiller qui tentait de se faire élire avait du vent dans les voiles d'ailleurs son slogan de campagne électorale était ''Un vent nouveau souffle sur Granby'', beaucoup de citoyennes et citoyens ont travailler au remplacement du maire Goulet prétextant son arrogance au siège de maire lorsqu'il s'adressait aux citoyens. Le conseiller Pascal Bonin a été élu sous de bonnes intentions d'accomplir des choses pour ses 66,500 citoyens(es) tel que promis des coupures dans le gras, vendre les commerces que la ville gère, une étude des postes occupés à l'hôtel de ville, la révision des dépenses administratives, plus de transparence et pas d'hausses de taxes bref toutes sortes de promesses électorales pour être élu.
Le slogan ''Un vent nouveau souffle sur Granby'' s'est vite essoufflé!
Dès la rentrée le Maire Bonin a convoqué une réunion au Palace de Granby pour tous les employés de la ville annoncant de ne pas s'inquiéter qu'il ne prévoyait pas faire des coupures de postes, toutefois sans avoir pris le temps de s'assoir à son poste et de faire des vérificatons internes poste par poste pour connaitre s'il y avait pas figure de remaniement.
Par la suite les hausses de taxes sont arrivés que l'on parle de hausse de la valeur d'évaluation c'est la même chose pour le citoyen car il doit payer un surplus, le maire n'a pas le pouvoir d'action qu'il prétendait un simple problème d'un commerçant il ne peut pas en venir a le règler préférant l'ignorer, plusieurs grands projets de dépenses sont dans l'attente de subventions qui tardent à venir et met le maire en zone d'impatience, une marque que le maire veut laisser à la ville de Granby une marque que la citoyenne et le citoyen ne sont pas prêt d'oublier car des ajouts de taxes spéciales sur leurs comptes devront-êtres payés éventuellement. Le taux de taxation n'augmentera peut-être pas au cours de la prochaine année mais des taxes spéciales s'ajouteront ce qui fera grimper le compte annuellement.
Les projets à venir:
Centre aquatique.
Bibliothèque rénovation.
Revitalisation du centre-ville.
Usine d'épuration des eaux.
 
Le maire Pascal Bonin a été élu l'homme de la situation de par sa fougue en tant que conseiller, son approche, sa jeunesse et la facilité d'entrer en contact avec lui, d'ailleurs il est possible de prendre rendez-vous à son bureau et le rencontrer pour discuter d'un problème que vous avez cependant rien n'est garanti qu'il pourra le régler car il y a toute une bureaucratie au dessus de lui et il ne peut toujours avoir le dernier mot et ce même s'il est le maire de tous les citoyennes et citoyens de Granby. Une rencontre n'égale pas un souci de moins bien au contraire il faut juste être averti et vigileant.
Beaucoup de citoyens manifestent leurs mécontentement affirmant qu'ils croyaient avoir mis en place l'homme qui ramènerait la ville de Granby dans des conditions monétaires similaires à l'ex-maire de la ville de Granby M. Michel Duchesneau, et après un an et demie ils sont bien obligés d'en arriver à la conclusion que le maire est sous l'emprise de trop de gens qui mènent la ville sans toutefois avoir été élus démocratiquement.
L'Union des citoyens de Granby réclame plus de transparence de la part des conseillers, du maire et des dirigeants de la ville de Granby. Selon l'Union des citoyens de Granby une ville qui est vraiment transparente est la ville de Gatineau qui dffuse via leur site web toutes leurs assemblées quelles soient préparatoires, péniels, étude de budget etc. La ville de Gatineau permet de par ses diffusions que leurs citoyennes et citoyens puissent voir en direct si leurs conseillers travaille pour eux vraiment des conseillers interagissent avec les autres et il est facile de voir ou s'en va la ville avec des règlements qu'ils projettent votés.
L'Union des citoyens de Granby se pose la question pourquoi que la ville de Granby gère des commerces et dépense de l'argent à les soutenir et à les rénovés alors que ces commerces pourraient-êtres vendus à des intérêts particuliers et que la ville en retire des taxes?
La ville de Granby n'est-elle pas là pour administrer les intérêts de ses citoyennes et citoyens de la ville au lieu de leurs faire compétition? La ville possède un Golf, un Théâtre, des églises, des bâtisses il ne manque plus qu'un restaurant, un food truck, un motel et peut-être une pépinière.
Les usines d'envergures ne mettent plus le capte sur Granby, Granby ayant mauvaise presse depuis quelues années lorsqu'ils entendent parler de Granby certains foncent les sourcils préférant s'installer à St-Alphonse de Granby (terre d'accueil commercial) ou à Bromont, pourtant si un commerce de Granby qui ne se retrouve pas dans le parc industriel de Granby désire déménager dans le Parc Industriel alors la ville de Granby vote le don d'un montant 'discrétionnaire' couvrant une partie de leurs dépenses, leurs déménagements ou leurs installations.  La division de l'urbaniste à la ville de Granby manque de souplesse et par leurs intrangigeances font abandonner l'idée de projets de bien de futurs commerçants, ceux qui commerce actuellement à Granby ont des projets de vendre afin de quitter le plus rapidement pour une terre meilleure avec moins de règlements et surtout une meilleure qualité de vie. Le commerce à Granby est régi par le service d'urbaniste qui n'est pas proche du citoyen et qui ne tente pas de trouver des solutions pour les satisfaires.
Selon l'Union des citoyens de Granby il faudra que Granby ajuste son cap afin qu'elle devienne de nouveau prospère et que les citoyennes et citoyens soient fiers d'y demeurer. Il reste encore un an et demi au maire actuel Pascal Bonin pour accomplir ce pourquoi il a été élu et régulariser les dossiers des citoyens qui éprouvent des difficultés avec les gestionnaires de la ville de Granby.

Si vous avez des commentaires à la lecture de cet article nous vous invitons à vous inscrire et de les ajoutés.

 
L'Union des citoyens de Granby tient à remercier pour le travail accompli sur le web à :
La Société d'histoire de la Haute-Yamaska (http://www.shhy.info/cartes-et-plans/toponymie-de-granby)
 
Logo1Autres articles qui pourraient vous intéressés:
Actualités.    
A Granby sommes-nous devenus intolérant à l'affichage en anglais?                                                                                             
 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé

La transparence envers tous les citoyens.

     avispublique       reglementsvilledegranby       calendrier2018
_______________________________________________________________________
                                                                                                                 quelquartieretesvous appellationdeszones
1   2   3
    M.Stéphane Giard                     M.Jean-Luc Nappert                    Mme Julie Bourdon
4     5     6
       M.Jocelyn Dupuis                         M.Alain Lacasse                   Mme Denyse Tremblay
7     8     9
         M.Robert Riel                           M.Eric Duchesneau                       M.Robert Vincent
                                      10
                                        Mme Catherine Baudin    
  
 

Union des citoyens de Granby vous informe

 Ville de Granby les articles les plus populaires consultés.
maire de Granby Pascal Bonin - maire de Granby - Granby monsieur le maire - conseil de ville de Granby - ville de Granby diffusion web - ville de Granby continue de gérer des commerces - Granby mistérieusement Flyée - maire de Granby les menaces appartiennent aux faibles - semaine de 90 heures de travail le maire Pascal Bonin - ville de Granby vente de maisons - ville de Granby la justice social pour tous - le maire Pascal Bonin donnera une conférence sur la toxicomatie et l'alcoolisme - ville de Granby la refonte première rencontre - ville de Granby calendrier d'adoption d'urbanisme - ville de Granby consulter les citoyens sans les écoutés - parade du père-noel au centre-ville de Granby - parcs de Granby - conseil municipal la ville ville de Granby - une seule et même voix pour tous les citoyens de la ville de Granby - ville de Granby et si... ville de Granby quartier 1 - ville de Granby quartier 2 - ville de Granby quartier 3 - ville de Granby quartier 4ville de Granby quartier 5ville de Granby quartier 6 - ville de Granby quartier 7 - ville de Granby quartier 8 ville de Granby quartier 9 - ville de Granby quartier 10 - ville de Granby quartier blanc 1 - ville de Granby quartier blanc 2 - ville de Granby quartier blanc 3 - ville de Granby quartier blanc 4 - ville de Granby quartier blanc 5 - ville de Granby quartier blanc 6 - ville de Granby quartier blanc 7 - ville de Granby quartier blanc 8 - ville de Granby quartier blanc 9 - ville de Granby quartier blanc 10  - Granby quartier 2  - ville de Granby quartier 2 - ville de Granby Jean-Luc Nappert quartier 2  - quartier 2 Granby - quartier 2 district de Jean-Luc Nappert ville de Granby - une plainte au DGE déposée par l'union des citoyens de Granby - l'union des citoyens de Granby pour la transparence pour tous les citoyens - article de la voix-de-l'est du 18 Septembre 2017 - le conseil de ville reporte l'octroi de deux contrats
#1 GranbyA Granby sommes-nous devenus intolérant à l'affichage en anglais? A Granby vous ne pouvez rien faire avec votre terre humide sauf la municipalité. Bienvenue à GranbyCa entre par une oreille et ça sort par l'autre...ville de GranbyCegep de GranbyCentre aquatique de GranbyCe que les Américains pensent de nousCLD Ferment les uns après les autresComment un élu peut-être rétrogradéCommission de l'aménagement du territoireConseil de ville de GranbyConseil municipal - La ville- Ville de GranbyDenyse Tremblay au conseil de la Ferme Héritage Miner enfin elle pourra faire le ménageDes femmes qui se tiennent debout.  Des Food Truck à GranbyDifficile de trouver des commanditaires dans les Cantons-de-l'EstDire les vraies choses aux citoyens de GranbyDonnons-nous une ville transparente.Election 2017 Election quartier 6 à GranbyElue pour tous les citoyens de GranbyEric Duchesneau prend la paroleERRATUM Denyse Tremblay Ferme Héritage Miner. Francois Bonnardel reçoit les clés d'organismes communautairesGatineau l'anglais permisGatineau ville transparente son étude de budget diffusé en assemblée préparatoire. Golf Miner GranbyGranby centre aquatiqueGranby les citoyens de la rue LégerGranby des citoyens font reculer la villeGranby des citoyens se mobilisentGranby en fête annuléGranby enfin des logements sociauxGranby hausse de taxes justifiées selon le conseiller Jocelyn DupuisGranby hausse de taxes mais pas de coupures dans les dépenses. Granby il faut maintenant travailler au remplacement du conseiller M.Pierre Breton du quartier 3Granby la venue des bacs brunsGranby la venue des food truckGranby les citoyens sont étouffésGranby les jardins communautairesGranby l'usine de traitement d'eau un projet à venirGranby monsieur le maireGranby OUI a des citoyens et NON à d'autres citoyensGranby que peut faire votre conseiller de quartierGranby règle avec M.DuchesneauGranby serait-on revenu au temps du «Far West»Granby toute une fin de JuilletGranby un conte à faire réfléchir les commerçants du centre-villeInterdit de couper des arbres à GranbyJean Lapierre un des derniers hommes au regard honnêteLa cour invalide deux articles du règlement P6 de la ville de Montréal sur les manifestationsLa gestion de Sutton montré du doigtLa justice social pour tousL'argent ne pousse pas dans les arbresLa route verte bloquée par les LibérauxL'Assemblée Nationale du Québec La preuve..qu'a Granby il faut se réunir pour tenter de faire changer les chosesLa ville de Granby appartient aux citoyens non aux élusLa ville de Granby demande des sacrifices....les citoyens se sentent sacrifiésLa ville de Granby en compétition avec ses citoyensLa ville de Granby envisage de prendre le parc DubucLa ville de Granby vit au-dessus de la capacité de payer de ses citoyensLa vision de l'Union des citoyens de GranbyLa vocation d'aider les toxicomanes et les alcoolistes...la vocations d'aider les citoyensLa Voix-de-l'est reçois 221.000$ de la ville de GranbyLa voix des granbyennes et granbyensLe canton-de-Granby c'est ou exactement?Le maire de Granby donnera une conférence sur la toxicomanie et l'alcoolisme. Le maire Bonin s'impatiente...les gouvernements retardent...les citoyens étouffentLe mandat de l'Union des citoyens de GranbyLe mouvement de L'Union des citoyens de Granby prend de l'ampleurLe nouveau centre aquatique de GranbyLe prix à payer pour avoir une ferme à GranbyLe quartier 6 représenté par une femmeLe savoir faire de comment peinturer les producteurs de petits fruits dans un coinLes canards se font gavés...les citoyens aussiLes citoyens de Granby disent au maire «on en veut pas»Les citoyens de la rue crémazie à GranbyLes citoyens de la rue Léger désappointés et inquietsLes citoyens de la ville de Granby se tiennent deboutLes citoyens de l'ancien Canton-de-Granby ont vite été oubliésLes citoyens de l'ancien Canton-de-Granby s'ennuientLes DG un poste occupé uniquement par les hommes? Les fonctionnaires-dieux de Québec, les employés-dieux à GranbyLes injures sur le web interdit à GranbyLes Samedis de BoninL'opinion des citoyens et citoyennes payeurs de taxes ont leurs mots à direntL'Union des citoyens de Granby pour plus de transparenceL'Union des citoyens de Granby réclament plus de transparenceM.Bonin laisser respirer les citoyens de la ville de GranbyM.Bonnardel SVP ayez les mêmes convictions pour les citoyens de Granby que pour ceux de MirabelMaire de GranbyMaire de Granby les menaces.