Le maire Bonin trouve qu'en général l'économie de Granby va bien. Les citoyens de Granby ne partagent pas tous le même avis.

La ville de Granby s'engouffre de plus en plus, la dette stage et n'est pas réduite, les développeurs regardent de plus en plus vers St-Alphonse-de-Granby terre d'accueil de tous nouveaux commerçants, le parc Industriel de Granby n'attire pas de nouvelles manufactures d'envergures, des projets domiciliaires à la baisse, des projets domiciliaires retardés, des subventions qui n'arrivent pas et bien effectivement Granby et son centre-ville sera une des 10 villes top avant-gardistes au Québec rien de moins selon le directeur de la ville de Granby.
Cessons de dépenser et pensons à une gestion qui nous permettra de faire baisser notre dette. Les citoyens s'ennuient de la gestion de M.Duchesneau, selon l'expérience des citoyens de Granby peut-être faut-il un maire qui est déjà homme ou une femme d'affaire qui saura ou il faudra couper pour qu'il(elle) puisse passer au travers et faire fructifier ses avoirs. Actuellement ce que les citoyens voient c'est une envolée de projet et d'argent qui sortent directement de leurs poches. La gestion de M.Duchesneau était pareil que si c'était son entreprise, de l'insatisfaction auprès du personnel, des coupures un peu partout, les citoyens n'avaient peut-être pas autant de projets pour leurs qualités de vies cependant les citoyens pouvaient respirer et voir a des jours meilleurs.
En tant que bon gestionnaire il faut réaliser ses projets selon ses moyens. Pourquoi que les gestions de certaines villes ne sont as capables d'administrer comme si c'était leurs propres budgets personnels?
La réponse: Facile à comprendre c'est parce-que ce n'est pas l'argent de leurs poches mais celle des autres!

Granby a beau avoir des projets d'envergures cependant il faut se poser la question en avons-nous les moyens?

Certes il faut que les citoyens de Granby puissent se baigner et profiter d'un lieu publique cependant il faut se poser la question si Granby a les moyens d'avoir un centre aquatique avec 3 bassins et un édifice qui prendra le parc Dubuc occupé depuis des dizaines d'années par des joueurs de baseball et autres activités sportives.Granbyprojetaquatique
Les gestionnaires de la ville de Granby ont mal évalués le projet la compagnie Cresswell  a été acheté pour l'installation du centre aquatique juste à côté du centre sportif rue Léon-Harmel. Sans être qualifié dans le domaine c'était prévisible que le terrain pouvait-être contaminé, des frais ce sont engendrés de consultation publique, plans et devis, services professionnels etc pour arriver au bout du compte à devoir refaire ses devoirs et adopter le plan A+ soit le parc Dubuc. (2015-06-0547)
Il faut se poser la question à quels coûts.
Effectivement le centre-ville de Granby n'a plus de vie. Revitaliser le centre-ville de Granby au coût de 22 millions de dollars c'est tout un coup à absorber de la part des citoyens. Comme le mentionnait le directeur de la ville de Granby dans le quotidien La Voix de l'est:
«C'est un projet avant-gardiste qui pourrait permettre de placer Granby dans le top 10 des centres-villes au Québec», a avancé le directeur général de la Ville, Michel Pinault.
Certes il faut injecter dans la revitalisation mais devons-nous en faire plus que la capacité de payer du citoyen?
 
Le projet de traitement des eaux une obligation qui devrait voir le jour sous le règne du maire actuel un projet de 70Millions:
Lors d'assemblées du conseil des pointes annonçant la venue du traitement des eaux est effleuré.
L'eau est la priorité pour une ville ce dont les citoyens ne protesteront pas, il faut investir au bon endroit pour offrir une qualité de vie aux citoyens de Granby.
En campagne électorale le maire Bonin promettait à qui veut l'entendre qu'il était l'homme de la situation et que les citoyens seraient fiers d'une saine gestion ou le citoyen serait considéré et écouté. Lors des rencontres, des portes à portes pas un citoyen n'a pas évoqué qu'il payait trop de taxes et que plusieurs avaient de a difficultés a boucler leurs fins de mois. Les candidats au poste de conseiller ainsi que les candidats au siège du maire promettaient de baisser les taxes et que le message avait bien été entendu.
Dès les premiers conseils de ville  la nouvelle équipe dont certains conseillers ont affirmés que les citoyens leurs avaient donnés le mandat de baisser ou ne pas augmenter les taxes et de sabrer dans les dépenses de la ville, aujourd'hui aucun conseiller en fait mention lors des assemblées du conseil de la ville de Granby.
Comme mentionnait le maire de Granby dans un article précédent ''les fonctionnaires-dieux'' il y a tellement de demandes des villes qu'il est difficile de répondre positivement aux demandes de toutes de plus les paliers gouvernementaux sont en pose de coupures. Il faut qu'un projet en soit un majeur pour obtenir une réponse rapidement.
Le maire s'impatiente bref les citoyens aussi s'impatientent pas juste pour les promesses qui sont dificiles à tenir mais aussi pour leurs demandes et leurs dossiers qui ne sont même pas encores réglés. Plus d'une quarantaine de citoyens de l'ancien Canton-de-Granby aux sont prises avec une gestion trop stricte et des problèmes mineurs dont le maire ne peut rien y faire pour réaliser une promesse électorale.
Il faut se poser la question si le maire n'est pas capable de régler les problèmes des citoyens du Canton-de-Granby comment sera t-il possible de mettre à jour tous ses projets dans l'attente de subventions?
Selon l'Union des citoyens de Granby le citoyen d'abord et les projets devraient suivre, les comptes de taxes ne finisses plus d'être allongés par des cases de 'taxes spéciales'.
A Granby il y a tellement de projets qu'il deviendra difficile de tous pouvoir les réaliser avant le terme du présent maire. Plus le temps avance mois de mois il restera pour les premières pelletées de terres.
L'Union des citoyens de Granby vous invite à commenter ses articles Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Logo1
Actualités.    
A Granby sommes-nous devenus intolérant à l'affichage en anglais?